Journee papas-enfants

Journée papas-enfants

7h25 : Le soleil se lève déjà, levant le voile de la rosée matinale de ce samedi matin… j’entends au loin le parquet craquer sous les petits petons espiègles de ma fille adorée ! J’ai oublié de décaler d’une heure son réveil… Je contemple le visage gracieux de ma chère et tendre, le sifflement de sa respiration et sa position en étoile de mer me laissent à penser que son esprit ne rejoindra pas de suite son corps. L’heure est venue pour moi de prendre le taureau par les cornes, de faire preuve de courage, mais pas ce courage qui permet à  Captain America de sauter d’un immeuble de trente étages afin de sauver la belle blonde plantureuse, oh non ! Le vrai courage, qui te fait sortir du lit alors que ton corps réclame encore l’oreiller, celui qui te fait affronter les températures fraîches du matin, celui qui t’envoie sur le front, les yeux collés par la fatigue et la langue pâteuse d’une nuit à respirer la bouche ouverte. Ce courage qui n’est jamais dévoilé dans les films de super-héros s’appelle tout simplement le devoir parental !

8h30 : Deux épisodes de Dora dans la vue, un café et deux princes dans l’estomac, la journée démarre sur les chapeaux de roue. Le soleil semble vouloir illuminer notre week-end, tant mieux, je marche au solaire et mes batteries seraient à plat sans sa lumière.

9h30 : Un pote m’envoie un message…

Journée papas-enfants - wonderdad

C’est parti pour une matinée piscine. C’est le lieu privilégié des parents qui ont décidé de ne pas inscrire leur bambin à la natation, mais qui restent bien décidés à faire de ce milieu aquatique un vrai terrain de jeu pour leur enfant. Une manière d’appréhender cet univers et ses dangers en jouant avec ses amis et sa famille.

Je fais le sac prestement, il ne faut rien oublier : maillot de bain, bonnet de bain, masque, tuba, brosse à cheveux, crème pour démêler, shampoing, savon, serviette… et là je ne vous ai décris que le matériel pour ma fille ! Me concernant, un maillot de bain suffira, le temps que je l’aide à se changer, je serais déjà sec.

En route !

Arrivée sur place, heureux de constater que le soleil reste avec nous, très bonne nouvelle, ça rassure le corps de se jeter à l’eau par un temps ensoleillé. Après un passage rapide dans les vestiaires, dans ce sens là c’est toujours plus rapide, il s’agit de se mettre à poil et d’enfiler un slip, facile ! On pénètre dans la piscine et là… quel bonheur de constater que la plupart des visages expriment la même expression… cernes bien calées sous les yeux, les cheveux encore modelés par la forme de l’oreiller, quelques traces indélébiles sur le corps témoignant de nombreux plis d’un drap housse encore chaud d’une nuit trop vite écourtée, bref les visages de parents un peu fatigués !

Heureusement l’eau permet au corps de se réveiller, de décoler les mirettes et de gagner en souplesse, telle une bonne séance de décrassage pour un sportif qui aurait fait un match la veille.

Journee papas-enfants

Chaque parent s’occupe tantôt de son petit bout de chou flottant tant bien que mal dans l’eau limpide, tantôt discute avec quelques amis, le tout entrecoupé de jets d’eau dans la figure, de « attrape moi papa ! » ou encore « regarde comme je nage bien…glouglouglou….. ». Les plus chanceux auront réussi à gratter une place dans le jacuzzi tout en lorgnant du coin de l’œil leur rejeton qui s’ébat dans le bassin tel une Manaudou des bacs à sable, y en a qui ont de la chance.

12h00 : Le ventre commence à crier famine. Il va falloir user de stratégie pour trouver les arguments convaincants qui motiveront votre enfant à sortir de l’eau. Pour ma part je vais à l’essentiel, je ne tortille pas pendant trois heures car je n’ai pas la subtilité ni l’incroyable intelligence d’un Patrick Jane (Personnage de la série « Mentalist »), je sors ma botte secrète qui en 6 ans ne m’a jamais fait faux bon, ce remède miracle à toute les situations compliquées : sortie de manège, fin de piscine, adieu à une copine ou que sais-je encore ? Il faut croire que ma fille à très bien compris cette sortie de secours car désormais, c’est elle qui me propose cette solution une fois que j’ai prononcé la phrase fatidique : « faut qu’on sorte ! », « papa, on va au restau ? »

Vous l’aurez compris, l’appel du ventre efface toutes les tragédies, surtout si le restau rime avec Mac Do ! Alors là c’est limite si l’enfant ne s’occupe pas lui même de vous sécher et vous rhabiller.

12h30 : Séchage, habillage, rangement des affaires, la petite est prête, on peut sortir des vestiaires ! Ah bah non je suis encore en maillot de bain ! Retour à la case départ.

13h00 : En chemin les dames nous on rejoint, le teint frais et la mine réjouie, il semble que dormir le matin vous donne bonne mine, il faudrait que j’essaye un de ces jours : « papa, je voudrai un hamburger avec des frites et mayonnaise ketchup ».

L’après-midi c’est le moment où certains d’entre nous vivent de longs moments de tranquillité à mater une série les fesses plantées dans le canapé, pendant que bébé chou fait la sieste. Ça c’est pour les chanceux ! Pour nous, surement fidèle à notre image, c’est petits jeux, balade, parc, activités manuelles…. J’ai comme l’impression que le rythme de l’enfant ne nous concerne pas, chez nous c’est à fond, mais à fond tout le temps ! Il faut dire que déjà toute petite je lui organisais déjà un programme digne d’un club med : visite d’une ferme pédagogique un jour, découverte d’un zoo un autre jour…Journee papas-enfants

Alors oui, je reconnais ma responsabilité dans son désir insatiable d’activités, heureusement pour moi il y a une chose que j’ai appris à ma fille durant ces grandes périodes de loisirs, un concept assez fantastique et qui a le mérite d’être très efficace, c’est de dormir en voiture ! S’il y a bien un lieu où mon enfant accepte de laisser ses paupières tomber et où elle ne se relève pas en disant : « tu sais papa dans mon lit je m’ennuie ! », c’est bel et bien dans la voiture. Elle penche son visage sur le côté et ferme les yeux, se laissant enivrer par le doux bruit du moteur et de la radio. En dormant dans le véhicule, elle a appris deux choses, la première c’est que le temps passe plus vite lorsque l’on s’endort, la deuxième et pas des moindres, c’est que papa la prend dans ses bras pour la remonter jusqu’à la maison comme je le faisais lorsqu’elle était bébé, et ça c’est bien la plus belle activité que ma fille préfère…

 2014-10-19_1413714420

Comments

comments

no comments
Add a comment...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *